Sortie sur l’Isère

Au départ nous devions faire notre séjour sur la haute rivière d’Ain à Champagnole (déjà annulé au mois de mai à cause du niveau d’eau trop important) et là parce que le niveau d’eau étaient trop bas …. des poissards, pas de chance quand même. Donc Stéph nous propose de nous faire découvrir, l’Arly en Savoie à Albertville plus précisément. Une fois sur place nous avons découvert une rivière bien grise, trop grise pour pêcher. Nous avons décidé avec Pat07, Stéph et Mika de nous reporter sur l’Isère mais 4 km en amont de notre point de départ. L’Isère que je connais très bien et sortie_isere_2016_006que je retrouve bien plus belle et sauvage que celle qui passe dans mon village d’enfance, Pont de l’Isère à 180 km en aval de ce coin magnifique. Il est 8h30 démarrage de la première session en deux groupes, la rivière est teintée et des herbes flottes dans les courants, “ils ont du turbiner toute la nuit” me lance Pat07, en effet 15 km en amont se trouve le barrage et l’Usine Électrique Souterraine de Sainte-Hélène-la Coche ….. de mauvaise augure pour la matinée de pêche. Bref jusqu’à 11h00 pas de tape et de Fish encore moins et pourtant j’ai passé la boite de la Faisantail, Gammare et Perdigone. Alors j’ai repris depuis le début, je monte une nymphe Faisantail mais en taille 12 et puis je me décide de faire les bordures de la berge opposée et bingo, une jolie fario de 23 cm vient prendre ma nymphe, Mika fera un poisson et bordure identique 10 minutes plus tard. Midi nous nous retrouvons au pont avant sortie_isere_2016_019d’aller au casse croute, là nous voyons Stéph qui remonte avec Pat07 et en nous attendant jette sa Perdigone dans l’eau et “poisson” une belle de 30 cm …. facile hein … il en avait fait 5 depuis le matin et loupé une poutre qui s’était décrochée au bout de 30 secondes de combat. Apéros et casse croute validé il est 14h00, nous revoilà repartie en intervertissant les parcours du matin avec l’espérance de faire un peu plus de poisson que le matin. L’eau était plus claire et transportait moins d’herbes. Déjà 16h00 et rien … puis dans un courant Mika fait une jolie de 26 cm en Perdigone. Je remonte une dizaine de mètre et je prends ma première de l’après midi une jolie de 25 cm, puis une autre qui se décroche. J’appelle Mika pour qu’il me rejoigne et qu’il tente d’en prendre une mais plus rien. Nous voila presque arrivé au pont et nous apercevons nos compères les cannes déjà pliés, en pleine discussion avec unsortie_isere_2016_021 pêcheur du coin. Mika par les rejoindre et je décide de finir un jolie trou de 1m50 avec des bordures en rocher et il me semble distinguer une sorte de marne (refuge pour les poissons sous les berges). Je commence avec ma Perdigone et au bout de 5 minutes je remonte de 2 mètres et un gobage a 4 mètres de moi et un deuxième un troisième. Je me dis “va falloir passer en sèche là !!!” Je n’ai pas eu le temps de finir ma pensée que mon fil se bloque, je ferre accroché m…e me suis-je dis, encore un Perdigone qui va rester au fond. Puis je retend commence a tirer en amont et en aval pour essayer de décrocher. Je m’arrête et je m’aperçois que mon fil se déplace doucement mais perpendiculairement à la rivière, comme Stéph le matin. Je commence le combat qui se termina très vite car madame truite ne tarde pas à me mettre un coup de tête qui a eu raison de mon 11/100. Bon la, vous auriez fait comme moi, je sortie_isere_2016_045jure, j’insulte les dieux de la pêche et je me rabâche “pourquoi tu montes pas en 14/100”. Après mettre bien engueulé je voulais remonter une perdigone et revoilà le gobage qui recommence. La ça en est trop, je monte un petit CDC claire, je fais 3 passages et rien, je met la Hibou à Bruno, 3 passages et rien. Bon il me reste plus que mes petits Sèdges chevreuil de fabrication maison, je pose et au premier passage je vois une tête sortir avec un remou assez impressionnant. Je ferre et la le combat commence, madame truite part directement en direction de la marne pour se réfugier, je la bride, je la bride et je me dis que si elle ne s’arrête pas elle va me faire la même chose que la précédente. Soudain elle revient vers moi, se retourne monte en surface et met un coup de queue, repart vers la marne mais 3 mètres plus bas. Je ne lâche rien, je continue à la brider et au bout de 30 secondes je sens la pression diminuer. Elle finira parsortie_isere_2016_031 s’abandonner dans ma raquette pour mon plus grand plaisir. Stéph et Mika me rejoignent dans l’eau et je transferts la truite dans son épuisette bien plus grande pour ne pas la blesser. Je prends le temps de la regarder et d’admirer cette merveille de la nature. Après la photo souvenir et une prise de mesure (42+), Il est temps de lui rendre sa liberté qu’elle a si fièrement défendu. Il est maintenant 18h30 et nous devons partir pour être à Valence avant 20h00. Nous tournons le dos a la rivière et les gobages commencent, nous la quittons rapidement voir très vite avant que l’un d’entre nous craque et reparte à la pêche. A tous nous avons au total fait presque une vingtaine de Truites Fario et 6 loupés dont “deux poutrelles”. Nous reviendrons avec plaisir prendre notre revanche l’année prochaine pour profiter des truites magnifiques dans ce superbe décor de la Savoie !!!

Author: Admin

Membre fondateur - Administrateur site web - Testeur matériels du site - Organisateur des sorties et séjours - Reportage - Rédacteur - Concepteur matériels

0 Commentaires

No Comment.