Creation d’un parcours de peche sur la basse Herbasse/2

Bonjour à tous chers amis(es) pêcheurs,

Aujourd’hui je m’adresse non pas aux moucheurs mais aux pêcheurs de salmonidés. J’ai une question qui me taraude l’esprit, de quoi avons-nous besoin pour créer un parcours réglementé.  Le soutien de l’AAPPMA est indispensable et incontournable, et quoi d’autre ??? Financier, le parcours, l’entretien et la surveillance, je ne sais pas et donc j’ai posé les questions sur le papier et j’ai cherché des réponses (constructives bien évidement).  Je vous rappelle que l’Herbasse entre le Pont de l’Herbasse et Crépol il y a 20 km de rivière…. il y a donc de la place pour les ramasseurs de truite !!!

  • Question : Sur 20 km pouvons nous trouver 1 km pour faire le parcours ?
  • Réponse : Je pense que 1 km de rivière réglementé pour toutes les pêches ne dérangera pas l’ensemble des pêcheurs, mais au contraire revalorisera cette magnifique rivière.
  • Question : Une section de rivière qui ne soit pas trop pratiquée et trop à l’écart ?
  • Réponse : Le secteur que nous avions sélectionné est parfait au niveau de sa situation géographique. Très belle à cet endroit avec plusieurs types de caches et autres gravières pour l’établissement d’une population de salmonidé. Je vous rappelle que cette rivière était là bien avant nous et où prospérait une grande population de truites.
  • Question : Des personnes qui gèrent le parcours ainsi que l’entretien et la surveillance ?
  • Réponse : Les membres fondateurs du site qui souhaitent prendre en compte ce secteur sont entre 5 et 20 km de distance, donc très souvent sur celui-ci et puis il y a les gardes qui sont aussi là pour œuvrer non ?
  • Question : Que peut apporter un parcours réglementé dans la plaine de Valence ?
  • Réponse : A ma connaissance ce serait le premier, étrange non ? Quand on compare au nombre de parcours No kill et réglementés de chez nos amis et voisins de l’Ardèche. La proximité pour les jeunes pêcheurs d’un parcours de qualité pour apprendre la pêche, le respect du poisson et de son milieu. La fédération vend des permis de pêche aux jeunes, mais après ??? aucune information pour le respect du poisson et de l’environnement de celui ci. Les pêcheurs confirmés pourront pratiquer leur pêche favorite non loin de chez eux (je pense au GPS Valence). Sans oublier que ce genre d’action de préservation est profitable aux générations futures.
  • Question : La rivière a-t-elle des risques de sécheresse dans l’année ou principalement l’été ?
  • Réponse : Absolument pas, même dans le cas de l’année précédente, quand ils ont rempli le lac de Champos* avec l’eau de l’Herbasse. Le secteur sélectionné est bien plus en aval que le lac et ressent moins les baisses de niveaux des eaux comme à Saint Donas par exemple (parcours pour les cueillettes de truite).

* Petite parenthèse sur la vidange du lac justement. Vidanger le lac dans l’herbasse n’est pas la meilleure des choses, mais il n’y a malheureusement pas beaucoup d’autre solution. Mais que l’on déverse certains habitants comme des perches communes dans une rivière de 1ère catégorie je trouve cette action anormale ou alors, pourquoi ne pas la passer en 2ème catégorie vu la quantité de salmonidé de souche restante à cette endroit ?

Il me reste 3 questions sans réponse

  • Le coût financier si il y a ?
  • Le soutien indispensable de l’AAPPMA de Romans ?
  • Démarche auprès des autorités compétentes et lesquelles ?

Je pense avoir fait le tour de mes questions pour l’instant !!! Nous avons toutes les pièces nécessaires pour avancer. Sauf dans le cas ou la mauvaise foi ou que les excuses bidons et non constructives devaient faire leurs apparitions. Dans le cas où une personne compétente sur le sujet pouvait éclairer ma lanterne !!!

Ma conclusion

Je suis confiant dans l’issue de ce projet car il m’est inconcevable de penser que nous sommes encore à l’aire des dinosaures de la pensée philosophique primaire du monde décisionnaire halieutique. Nous ne sommes plus obligé de pêcher pour nous nourrir, nous sommes au XXI siècle ne l’oublions pas, les choses changent et elles changeront encore et toujours, avec ou sans nous, c’est inévitable et indispensable pour la protection des espèces et de nos rivières. Sauver une rivière morte n’intéresse personne, pêcheurs en cueillette ou politiciens s’en lavent les mains. Il ne suffit pas de sauver des rivières pour se donner bonne conscience, mais penser aussi à sauver et protéger leurs habitants.

Et bien sûr, mon avis n’engage que moi, mais il est partagé par beaucoup de pêcheurs.

Nous sommes ouverts au dialogue et prêt à nous investir dans ce projet.

Merci de votre attention

Salutation halieutique

Patrick GILLIS

Administrateur et propriétaire du site moucheur.fr